Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Retour à la page d'accueil

 

ATTENTION : Le Kikimundo a déménagé - Ce blog reste ouvert en tant qu'archive.

Si vous souhaitez me laisser un message, je vous invite à le faire sur mon nouveau blog :

http://www.lekikimundo.org

 

21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 17:51

L'autre jour, devant l'école où j'étais venu chercher mes enfants, j'ai entendu par hasard une maman qui parlait à son fils en ces termes : 
      "Attention, si tu me mens le Père Noël ne viendra pas".

Je ne sais pas ce que vous pensez de cette phrase, mais personnellement je la trouve assez perverse. Punir un mensonge avec un canular, c'est peut-être ce qu'on appelle "combattre le mal par le mal".
En regardant le gamin tout penaud, j'ai souri et j'ai pensé :
      "Attends mon gars, tu vas bien rigoler quand tu sauras..."
Car moi je sais, et me rappelle parfaitement ce que fût pour moi Le jour de la révélation. C'était il y a bien un tiers de siècle, et pourtant je m'en souviens comme si c'était hier, tant l'expérience fût traumatisante. Nous passions le réveillon en famille chez ma tante, mes grands-parents étaient là. C'était un peu avant le dessert, durant un de ces interminables repas de fête où l'on attend au moins une demi-heure entre chaque plat.

Soudain on frappe à la fenêtre. Bizarre, on est au cinquième étage. Sans se poser de question, ma tante se précipite pour ouvrir. Et là, sur le balcon, dans son grand manteau rouge, traînant dernière lui un immense sac de toile qui devait contenir les cadeaux tant désirés, nous vîmes apparaître le Père Noël. Les rumeurs propagées à l'école par certains camarades de classe, selon lesquelles le Père Noël n'existait pas, n'étaient donc pas fondées. J'en avais la preuve vivante devant moi. Je le voyais, je pouvais le toucher.
Le Père Noël entra dans le salon. Ma soeur et ma cousine se mirent à pousser des hurlements de groupies hystériques comparables à ceux qu'on peut entendre dans les concerts de Patrick Bruel :
      " Père Noëëëëëëëëëëël".
Les adultes avaient saisi leurs appareils photos et nous mitraillaient à qui mieux mieux.
Le Père Noël avança au milieu de la pièce et commença la distribution.  Nous nous occupions tous d'ouvrir nos paquets quand mon cousin, qui déballait un de ces cadeaux aux pieds du Père Noël, dit distinctement de sa petite voix.
      "Oh ! Le père Noël il a les mêmes chaussures que Pépé..."
Ce détail peut paraître insignifiant. Mais le vent de panique qui suivit cette remarque fît naître en moi quelques soupçons. Levant la tête, je scrutais la pièce d'un coup d'oeil circulaire :
      " Tiens, mais il est où Pépé ? "
Autour de moi, les adultes avaient changé de comportement. Ils avaient posé leurs appareils photos et s'agitaient dans tous les sens. Ma tante avait déjà réouvert la baie vitrée donnant sur le balcon, mon oncle et mon père avait attrapé le Père Noël et le poussait fébrilement vers la sortie, ma mère cherchait désespérément à retenir notre attention sur les cadeaux que nous venions de recevoir, quant à ma grand-mère, elle se tordait de rire, cachée derrière le sapin.
La fenêtre du balcon se referma sur le Père Noël, je distinguais un léger chahut venant de la pièce d'à côté, et une minute plus tard, Pépé réapparut :
      " Oh ben ça alors ! Mais c'est quoi tout ça ? Il est passé le père Noël !?! Et moi qui étais aux toilettes..."
Et les autre adultes de surenchérir :
      " Il a été gentil le Père Noël, hein ?!? Il vous a bien gâté !"
Et moi, les yeux fixés sur les chaussures de mon grand-père, j'avais la désagréable sensation d'être pris pour un imbécile.

Aujourd'hui, lorsqu'on évoque le Père Noël, je ne peux m'empêcher de penser à cette histoire, et je me demande à chaque fois ce qu'il se passera dans la tête de l'enfant qui découvrira bientôt la vraie nature du Père Noël. Comment peut-il encore faire confiance à ses parents ? Alors je pose La question : Est-il vraiment nécessaire de mentir aux enfants ? Sont-ils trop bêtes pour comprendre que le Père Noël n'est que l'icône publicitaire d'une grande marque de boissons gazeuses, qui a peu à peu remplacé saint Nicolas dans la croyance populaire et que les marchands du temple utilisent pour nous fourguer leur camelote ?

Allez, je ne veux fâcher personne, et j'admets que Père Noël c'est une merveilleuse histoire pour les enfants. Mais, vous en conviendrez, c'est aussi un merveilleux N'importe-quoi !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Kiki - dans Les articles
commenter cet article
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 17:58

Nous y voila !
C'est Noël, et comme chaque année le Kikimundo est frappée d'une épidémie de fièvre acheteuse. Cette affection se manifeste par une hystérie collective nous poussant à parcourir frénétiquement des kilomètres de galeries marchandes à la recherche Du Cadeau. Le Cadeau, vous savez !?! Celui qu'on ne trouve plus dans aucune boutique mais qu'il faut quand même ramener parce que c'est le seul truc auquel il tient vraiment dans sa lettre au père Noël...

C'est aussi l'époque du sacrifice rituel du sapin. A Noël on tue le sapin, c'est la tradition. Et chez nous, on ne plaisante pas avec la tradition. Peut-on vraiment imaginer un Noël sans sapin ? Bien sur que non ! Ce serait comme un 14 juillet ou un concert de reagge sans pétards. C'est tout bonnement inconcevable. Il nous faut donc trouver Le Sapin, vous savez !?! Celui qui touche le plafond et qui a les aiguilles qui ne tombent pas...
Pour la taille, c'est négociable. Il suffit de bien travailler son argumentation : " Ben ouais, mais plus grand ça rentre pas dans la 205. Et puis si on le pose sur le meuble, là, comme ça, et ben il touche presque le plafond..."
Pour les aiguilles, c'est une autre affaire. J'ai bien suggéré un jour l'acquisition d'un sapin artificiel, mais la discussion tourna court. Sur ce point, il n'y a pas de négociation possible :

Elle : Non, pas de truc en plastique !
Moi : Ben pourquoi ? Comme ça on l'aura aussi pour l'année prochaine...
Elle : Non, un faux sapin, c'est pas beau !
Moi : Tu sais, 'y en a, on dirait des vrais. Et puis avec tout ce que vous mettez dessus...
Elle : Non ! Et puis ça ne sent pas le sapin !
Moi : Et si on lui faisait une p'tite pulvérisation de déodorisant d'intérieur "Senteur des Landes" ?!?
Elle : NON !

Donc, chez nous, c'est un vrai sapin.
Et on aura beau faire, un sapin, ça perd ses aiguilles. Et pourquoi donc ? Pourquoi à peine franchi le seuil de nos demeures, cet arbre, pourtant réputé pour sa résistance au rude climat hivernal de nos montagnes, se met soudainement à perdre ses aiguilles ? Le professeur Kiki, éminent sapinologue au centre de recherche de Kikimundoville, nous propose cette explication : Le sapin de Noël déprime. En effet, arraché à sa terre natale, souvent scié au pied, il est placé sans ménagement dans un foyer inconnu, seul, loin des siens. Laissant derrière lui une vie au grand air, il ne sent plus la pluie vivifiante qui apaisait sa soif ni le vent joyeux qui faisait frémir ses branches. Mais son cauchemar ne fait que commencer car vient le moment de la décoration. Et là, rien ne lui est épargné, car en matière de décoration, l'homme a su développer des trésors d'imagination : Boules multicolores, guirlandes bariolées, lumières qui clignotent, confiseries et autres décorations approximatives confectionnées par les petites mains malhabiles de nos chers enfants et qu'on se sent obligé d'acheter à l'école parce que celui-là-c'est-moi-qui-l'a-fait ...
Nous connaissons tous ce célèbre chant de Noël : " Mon beau sapin, Roi des forêts "...
Ah, mon beau sapin ! Qu'est-elle devenue ta couronne ? Te voici affublé d'un costume de bouffon, grotesque et hideux, atteignant un degré d'infamie que même les plus grandes stars de la haute couture n'ont jamais égalé.
Ainsi humilié, on ne peut que comprendre pourquoi le sapin déprime. Au fil des jours, il s'étiole, se fane et dépérit pour ne plus devenir que l'ombre de lui-même. Et c'est dans cet incroyable accoutrement que notre sapin finira ces jours. Triste fin en vérité.
Frères humains, puisque la tradition nous impose de sacrifier un sapin, reconnaissons-lui au moins le droit mourir dans la dignité.

Bon d'accord, j'exagère un peu...
En fait, ce plaidoyer en faveur des droits du sapin est motivé par un accès de mauvaise humeur...
Chaque année, au moment des préparatifs de Noël, un profond sentiment d'amertume s'empare de moi car la gardienne des traditions m'interdit formellement de jouer avec La Crèche. La Crèche, vous savez !?! L'histoire de la naissance du petit Jésus, avec l'âne et le bœuf, l'étoile du berger, les anges, les rois mages... C'est vrai quoi, moi aussi j'aimerais bien placer mes petits bonhommes dans l'étable. Mais non ! " Pas de T-rex ni de gremlins dans la Crèche ". Pourtant j'ai vu le film "Gremlins", ça se passe bien à Noël. Et il n'est écrit nul part dans la légende de la nativité qu'en ce temps là les dinosaures étaient partis de Bethléem. Seulement voila, c'est pas la tradition. Et chez nous, on ne plaisante pas avec la tradition.

Allez, je ne veux fâcher personne, et j'admets que Noël c'est quand même une belle fête. Mais, vous en conviendrez, c'est aussi un beau N'importe-quoi !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Kiki - dans Les articles
commenter cet article
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 17:44

Vous venez d'entrer sur le territoire du Kikimundo.

Le Kikimundo  est un pays aux frontières mouvantes. Ne le cherchez pas sur une carte. C'est en fait une enclave mobile qui se déplace autour de son seul résident permanent, ce qui lui confère un environnement riche et varié. En traversant le Kikimundo, vous serez chaleureusement accueilli par sa population qui vous fera découvrir son mode de vie et ses coutumes.
Nous vous souhaitons un bon séjour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mr Kiki - dans kikimundo
commenter cet article

Archives